Réflexions de freelance confinée

Mis à jour : avr. 28


Voilà presque un mois que nous sommes confinés. Nous tous, les Français, et d'autres pays du monde. Ce confinement fait (re)surgir en moi plusieurs sentiments, plusieurs réflexions que j'ai envie de partager ici. Pour laisser une trace de cette période surréaliste, pour me souvenir de ces jours précieux en famille, pour me rappeler dans les jours difficiles qu'être à son compte, c'est aussi un incroyable bonheur et une immense liberté.

Réflexions de freelance confinée


La réalité du quotidien


Je vois une multitude de posts sur les réseaux sociaux et d'articles en ligne sur la difficulté de se retrouver en télétravail avec un/des enfant(s) à gérer à la maison. Lorsqu'on est freelance et maman, c'est notre quotidien. Pas seulement pendant le confinement, toute l'année. Alors oui c'est pas toujours facile, c'est épuisant, c'est compliqué de trouver du temps pour travailler. Mais c'est rien à côté de ce que certains vivent en ce moment. C'est rien à côté de ce que certaines populations subissent chaque jour, sans qu'il y ait un virus dans l'air. Nous avons une chance incroyable d'avoir un toit sur la tête, d'avoir une famille en bonne santé, d'avoir des enfants et un travail qui nous permet de télé travailler.

Depuis que Chéri est confiné ici avec nous, je savoure tellement le temps qui passe. J'en profite, le plus possible, car bientôt le confinement sera levé, tout le monde reprendra son train-train et je me retrouverais à nouveau à la maison avec ma fille, seules toute la journée. Je savoure nos repas ensemble, nos moments de jeux, nos journées chill au soleil du jardin, mes moments de répit lorsque le papa prend le relais. Le confinement, je le vis bien. Ce qui au début m'angoissait, aujourd'hui me réjouis. Alors non, je ne me réjouis pas de ce qui arrive, ni de la situation mondiale, mais je me réjouis de ce temps qu'on nous offre et qu'on doit absolument apprécier.


L'impact sur le travail


Depuis 3 ans que je suis à mon compte, les montagnes russes émotionnelles ne se sont pas atténuées. Je passe par des phases où je doute absolument de tout : la pérennité de mon entreprise, ma légitimité en tant que consultante en communication, graphiste et rédactrice. Puis j'arrive à me raisonner, je relativise et je me retrouve tellement chanceuse de faire ce que j'aime et comme je l'entends depuis déjà 3 ans. Mais cette fois, j'ai l'impression que c'est différent. Je sens que je m’essouffle un peu, je n'ai plus le temps de travailler autant qu'avant avec ma fille à la maison et les contrats se font plus rares. Peut-être que ce confinement arrive aussi à un moment charnière, où la remise en question est indispensable pour continuer. La seule chose dont je suis certaine c'est que je n'ai pas envie de redevenir salariée. Cette liberté que je possède, je ne suis pas prête à la céder. Que faire alors ? Trouver une nouvelle activité ? Me spécialiser dans un domaine et jouer la carte de spécificité à fond ? Mettre les bouchées doubles pour dégoter de nouveaux contrats ? Je suis perdue en ce moment et je ne sais pas par où commencer. J'aime ma routine et je gagne suffisamment ma vie pour ne pas avoir à me fouler et ça me convient. Je me satisfait de ça et en même temps, dans un coin de ma tête, je sais que ça ne va pas durer et qu'à un moment donné ce ne sera plus suffisant. Je sais que je dois penser à l'après, à l'avenir mais je ne sais pas vers où aller... Peut-être que ces journées confinées me permettront de trouver la solution à mes maux...



La justice de Mère Nature


Une autre pensée me revient également sans cesse depuis le début de cette épidémie, déjà avant le confinement. Cette idée que le virus est le meilleur moyen qu'ait trouvé Mère Nature pour reprendre ses droits. Pour redonner son oxygène à l'air, donner du répit aux animaux et leur offrir une nouvelle liberté. Pour faire justice par elle-même de tout ce que les Hommes lui ont pris. Une sorte de juste retour des choses, un karma puissance mille qui s'abat sur le monde entier, parce qu'à un moment donné faut arrêter de pourrir la planète sans culpabilité. J'espère très fort que chacun sera capable de remettre en cause ses choix, sa façon de consommer, sa façon de vivre sur cette Terre qui ne nous appartient pas. Nous sommes ses invités, comportons-nous comme tels, avec bienséance et politesse. Nous ne sommes supérieurs à personne ni à rien. Les animaux méritent autant de vivre que les humains, ne l'oublions pas et rappelons-nous de ça lorsque nous quitterons nos maisons. Apprenons à nos enfants ; racontons-leur même cette histoire sur Mère Nature qui a envoyé un méchant virus pour faire prendre conscience aux hommes de l'importance de la planète, des animaux, de la famille, de la vie. Éduquons les avec bienveillance, dans le respect des animaux et d'autrui. Tirons des leçons de ce confinement, il ne s'agit pas simplement de le subir et d'attendre tranquillement que ça passe. Rien n'arrive sans raison : il est temps de cogiter, de se questionner et de changer.


Pour résumé ces pensées, une seule chose me vient en tête : profitez. Lorsque le confinement sera levé, tout le monde se plaindra de reprendre le travail et de ne pas pouvoir rester collé devant Netflix toute la journée. Profitez de ce temps qu'on nous offre pour réfléchir, pour se détendre, pour jouer, pour se projeter, pour s'aimer. Lorsque le confinement sera levé, le temps nous manquera à nouveau et on repensera avec nostalgie à ce printemps 2020. Alors profitons.


A bientôt,

Blandine


Créatrice d'identités visuelles authentiques pour les entrepreneurs passionnés, éthiques et responsables.

BLANDINE AIME

Services

Qui suis-je ?

INFORMATIONS

Mentions légales

© Blandine Aime par Blandine Muller | Tous droits réservés