Bilan : 1 an et demi de freelance


Parce que les débuts d'années sont toujours propices aux bilans et aux rétrospectives, il est temps pour moi de faire un point sur ma vie de freelance.

Voilà depuis septembre 2017 que je me suis lancée à mon compte, pleine de rêves (parfois trop utopiques), de désillusions, d'espoir et de motivation.


Bilan : 1 an et demi de freelance

J'avais imaginé cette nouvelle vie pleine d'avantages, sans contrainte, sans problème ; une vie qui me rendrait parfaitement heureuse. Aujourd'hui, c'est le cas, je suis heureuse dans ma vie professionnelle mais ce n'est certainement pas de tout repos. Je suis loin d'être sereine quant à ce statut.

J'ai appris à jongler entre les émotions, j'ai savouré cette nouvelle liberté, j'ai gagné en expérience et confiance mais je suis devenue beaucoup plus anxieuse aussi. Ce stress permanent de savoir si le mois prochain je pourrai payer mes factures, si les projets vont continuer à affluer, si les clients sont satisfaits de mon travail. Le stress également engendré par la solitude, cette même solitude qui m'attirait tant au début et qui aujourd'hui me pèse de plus en plus.

J'ai appris que tout n'était pas noir ou blanc, qu'il y avait des aspects positifs mais aussi malheureusement des aspects négatifs. Qu'une vie professionnelle sans contrainte n'existe pas mais que travailler pour soi, avec passion, contribue grandement à son propre bien-être et amour propre.



Bilan : 1 an et demi de freelance

J'ai profité de l'explosion de mon chiffre d'affaires certains mois et j'ai pleuré à la vue de mon compte en banque d'autres mois. Globalement, je gagne mieux ma vie. Et quelle satisfaction de voir cet argent que j'ai moi-même acquis, par le seul et unique biais de... moi-même. Travailler pour soi, de chez soi, en parfaite harmonie avec soi. Accepter d'être légitime, de dégager du chiffre d'affaire parce que oui, je suis compétente, oui, c'est mon métier, et oui, je suis capable.

J'ai adoré certains clients et j'en ai détesté d'autres. J'ai déprimé parfois, de la nature humaine, des retards de paiement, de l'irrespect, de la méchanceté gratuite, de ma naïveté et de mes attentes déchues. J'ai appris le self-control, j'ai mis de l'eau dans mon vin pour certaines personnes mais je ne me suis pas gênée pour envoyer valser certaines autres. Et ça me plaît ! La liberté d'être qui on est, de ne pas s'imposer quoi que ce soit, de ne pas accepter tout et n'importe quoi.

J'ai rencontré, échangé, discuté, comparé, partagé, rigolé, débattu, intégré, rédigé, communiqué, imaginé, créé.



Bilan : 1 an et demi de freelance

J'ai acquis de nouvelles compétences, parfois par envie, souvent par dépit. Devenir un vrai petit couteau suisse, capable de faire sa propre publicité, sa propre comptabilité, son secrétariat. Tout ça en gérant les projets de ses clients qui restent prioritaires.

Etre freelance tout en dignité. Je suis fière de ne pas avoir fléchit à mes principes pour accepter certains contrats. Plutôt ne pas travailler que d'aller à l'encontre de mon authenticité, de mon honnêteté, de mon intégrité.


Puis j'ai aussi et surtout appris à faire confiance à l'univers. A rejeter les pensées négatives pour attirer le positif, l'abondance, la réussite, la sécurité. J'ai encore peur chaque mois mais j'y arrive, j'essaie de lâcher prise et de croire à cet esprit universel qui nous accompagne lorsqu'on lui fait confiance.

Une chose est sûre : la vie de freelance est palpitante, stressante, peu sécurisante mais qu'est-ce qu'elle est satisfaisante, passionnante et enrichissante. J'espère pouvoir effectuer mon métier comme je l'entends encore longtemps, toujours mieux, pour être toujours plus heureuse et en harmonie avec mes envies.


Bilan : 1 an et demi de freelance

Et vous, vous faites quoi de beau dans la vie ? :)

© 2020 Blandine Muller | Mentions légales